LOURD BILAN DES NOYADES AU QUÉBEC POUR UNE SECONDE ANNÉE


Montréal, 7 janvier 2022 – Comme plusieurs Québécoises et Québécois en début d’année, l’heure est au bilan. Force est de constater que l’année 2021 s’est soldée, pour une seconde année consécutive, par un lourd bilan de 81[1] noyades. Rappelons-nous que l’année 2020 avait été particulièrement meurtrière avec une augmentation de plus de 63%* du nombre de noyades, soit 95 au total[2]. Bien que l’on note une baisse considérable de 14* noyades comparativement à 2020.

«Avec l’année 2020 qui nous a tous «shaker» bien comme il faut, on s’est retroussé les manches et on a mis en place plusieurs campagnes de sensibilisation afin de nous assurer de ne pas revivre le même scénario qu’en 2020. On est fiers de constater que nos efforts ont porté fruit, mais il y a encore du chemin à faire. Les Québécoises et Québécois vont davantage demeurer au Québec à l’avenir et nous nous devons de nous assurer qu’ils connaissent et adoptent des comportements sécuritaires lors de leurs activités aquatiques

Raynald Hawkins, directeur général, Société de sauvetage

Depuis des décennies, le Québec observe une tendance à la baisse du nombre annuel des noyades, signe que les nombreuses campagnes de prévention de la Société de sauvetage avec ses différents partenaires et collaborateurs sont fructueuses. Il n’en demeure pas moins que les deux dernières années ressortent de cette tendance. Faisons donc un tour rapide de ces derniers mois malheureusement encore secoués par une pandémie, un confinement et un été particulièrement chaud.

Hiver (1er janvier au 21 mars | 21 au 31 décembre)

En moyenne, environ 7 Québécois perdent la vie par noyade durant l’hiver. Dans la majorité des cas, les décès touchent des personnes qui marchaient, jouaient au hockey, pêchaient ou faisaient de la motoneige ou véhicule tout-terrain sur un cours d’eau gelé. L’hiver dernier, la Société de sauvetage a comptabilisé 4 noyades, dont 3 sont survenues après que la glace ait cédé sous le poids de motoneigistes.

Chaque hiver, la Société de sauvetage rappelle aux Québécoises et Québécois l’importance d’être vigilants sur les plans d’eau gelés. En raison des grandes variations de température que nous connaissons chaque année, plusieurs cours d’eau du Québec ne gèleront pas convenablement et resteront à risques tout au long de l’hiver. Cette année, la Société de sauvetage et la Sureté du Québec ont uni leurs voix afin de créer un impact marqué auprès des adeptes de motoneige et de VTT, mettant de l’avant les épaisseurs et les couleurs des glaces à valider et le principe de survie d’immersion en eau froide. Ces campagnes ont un impact important auprès des différents publics.

Vous aimeriez connaître nos conseils avant de vous aventurer sur la glace? Consulter nos différents ouvrages et campagnes à ce sujet sur notre site web.

BILAN : 4 noyades

4 hommes | Âge moyen : 53 ans

Plan d’eau principal : lac et rivière

Cause principale : la glace d’un plan d’eau a cédé sous le poids d’une motoneige

Printemps (du 21 mars au 21 juin)

Le printemps 2021 fut à l’image de celui de l’année précédente. Même qu’en date du 13 juin et ce, durant plusieurs jours consécutifs, le bilan 2021 a surpassé celui de 2020, laissant présager un été encore plus dévastateur. Bien que plusieurs noyades aient été de causes indéterminées, la majorité d’entre elles avaient pour cause la baignade en milieux naturels ou en piscine ainsi que les sports nautiques tels que motomarine, pêche et navigation.

L’arrivée hâtive du printemps, accompagnée du même coup par la fonte rapide des glaces, a fortement encouragé les Québécoises et Québécois à sortir de leur domicile et profiter des différents plans d’eau du Québec. Pour un deuxième printemps, les commerçants de piscines, de véhicules récréatifs et d’équipements de sports aquatiques sont débordés par les ventes et leurs marchandises se liquident une seconde fois à vue d’œil. L’achalandage sur les plans d’eau et la méconnaissance des règles de sécurité  se font ressentir par l’augmentation des chavirements, chutes accidentelles, collisions, et par ricochet, du nombre de noyades.

Que vous soyez pagayeur, nageur, pêcheur ou sur une embarcation à moteur, les occasions de profiter des plaisirs de l’eau sont nombreuses. Et pour le faire dans un cadre sécuritaire, La Société de sauvage, en collaboration avec Eau Vive Québec et Canot Kayak Québec, ont mis en place une campagne de sensibilisation au printemps dernier : Près de l’eau, je réfléchis.

BILAN : 23 noyades

19 hommes | 2 femmes | 2 enfants de moins de 14 ans | Âge moyen : 41 ans

Plan d’eau principal : rivière

Cause principale : navigation de plaisance, incluant la pêche à bord d’une embarcation

Été (du 21 juin au 21 septembre)

Bien que 35 des 41 noyades de l’été 2021 soient survenues sur un plan d’eau naturel (85%), ce qui a retenu l’attention de la Société de sauvetage est le nombre de noyades survenues en milieux supervisés. De manière générale, la moyenne de ces noyades est de moins de 1%. Hors cette année, 3 noyades (près de 4%) ont eu lieu dans un lieu de baignade public, dont deux sans présence de surveillants-sauveteurs. Une hausse qui n’est pas surprenante avec la fermeture de plusieurs plages horaires de supervision compte tenu de la pénurie de surveillants-sauveteurs.

On note également une diminution de 71% des noyades d’enfants de moins de 5 ans en milieu résidentiel par rapport à 2020. Les statistiques de l’été dernier ont certainement encouragé les familles à la vigilance et à la supervision des enfants lors de la baignade à la maison.

Il est primordial de s’assurer de toujours superviser les enfants et de s’assurer de la conformité des installations extérieures en respectant la nouvelle règlementation sur la sécurité des piscines résidentielles.

Les données non-officielles recueillies sur les noyades de cet été et de l’été dernier ne permettent pas à la Société de sauvetage de faire un lien direct entre le télétravail et le manque de supervision des enfants près de la piscine, le tout pourrait être validé ou infirmé lors de la réception des rapports d’investigation des coroners de 2020 et de 2021. Elle peut toutefois affirmer que les nombreuses vagues de chaleur qu’a connues le Québec cet été et que le maintien de l’interdiction de traverser les frontières ont assurément joué un rôle sur le nombre de Québécoises et Québécois à avoir profité des plaisirs aquatiques tout au long de la saison.

L’année 2020 a été tellement marquante que les différents acteurs du milieu aquatique devaient sonner l’alarme. C’est pourquoi de nombreuses campagnes de sensibilisation ont été lancées en 2021 telles que nos messages sur la consommation avec Transports Canada et Éduc’Alcool, la campagne de prévention avec AllState assurance lors de la Semaine nationale de prévention de la noyade et la Semaine québécoise de la sécurité nautique du Bureau de la sécurité nautique afin de mettre la sécurité au cœur des préoccupations de la population.

BILAN : 41 noyades

33 hommes | 2 femmes | 3 enfants de moins de 14 ans | 3 genres non identifiés | Âge moyen : 34 ans

Plan d’eau principal : Fleuve Saint-Laurent

Cause principale : sports nautiques

Automne (21 septembre au 21 décembre)

Si on dénombre en moyenne de 6 à 7 noyades durant l’automne, l’année 2021 a fait tristement exception avec un total de 13 noyades. Plusieurs de celles-ci sont de causes assez inhabituelles; électrocution, accident de voiture, sans oublier la noyade de ce pompier en fonction lors du sauvetage d’une embarcation sur le fleuve Saint-Laurent à la mi-octobre. La navigation/pêche demeure tout de même la cause principale de ces nombreuses noyades. Bien que la Société de sauvetage ne puisse pas confirmer les données non-officielles*, on a rapporté qu’une seule victime portait sa veste de flottaison et que 2 autres ne la portaient pas.

Il est important de connaître les règles de sécurité à respecter lorsque l’on navigue à bord d’une embarcation. Tu l’apportes. Porte-la donc.

BILAN : 13 noyades

12 hommes | 1 femme | Âge moyen : 54 ans

Plan d’eau principal : rivière

Cause principale : navigation

RÉSUMÉ DE 2021 : Ce qui marque notablement les données de 2021, c’est le haut pourcentage d’hommes (94%) victimes de noyade. Habituellement, la proportion hommes/femmes est plus du ressort de 80% hommes et 20% femmes. Les 3 noyades dans un lieu de baignade public viennent également teinter ce lourd bilan pour une seconde année consécutive.

Pour comprendre davantage ce bilan, voici d’autres statistiques non-officielles* recueillies par la Société de sauvetage sur les noyades de 2021 qui nous permettent de cibler certains facteurs de risques et les publics cibles;

  • Les hommes sont concernés dans 94% des cas;
    • 5 enfants de moins de 14 ans
    • 6 femmes | 71 hommes | 4 genres non identifiés
  • L’âge moyen des victimes se situe aux alentours de 44 ans.
  • Les plans d’eau naturels ont été le décor de 91% des noyades;
    • 20 noyades en lac (deux dans un lieu de baignade public; dont un fermé au moment de l’incident)
    • 22 noyades en rivière
    • 21 noyades dans le fleuve
    • 11 autres (baie, canal, ruisseau, étang, réservoir, carrière)
  • 7 noyades en piscine (une dans un lieu de baignade public, fermé au moment de l’incident).
  • Dans 56% des noyades, les victimes étaient seules au moment du drame.
  • 30% des noyades sont la résultante d’activités de navigation (pêche, plaisance, motomarine et sports nautiques).
  • La Capitale-Nationale, l’Outaouais, la Montérégie et Montréal arrivent respectivement en premier plan pour les régions ayant comptabilisés le plus de noyades sur son territoire avec 48% du total des noyades.
  • 59% des noyades ont eu lieu de juin à août.
  • 16% des noyades (13 noyades) répertoriées sont associées à un corps retrouvé sur les berges d’un plan d’eau, avec aucun dossier de disparition associé au décès.
    • On peut alors soupçonner un acte volontaire de la part de la victime. Ces données viendraient modifier le nombre final de noyades, car les suicides ne sont pas comptabilisés dans les statistiques de la Société de sauvetage, car par définition et dans nos statistiques, une noyade est accidentelle. Il n’est toutefois pas impossible que ces corps retrouvés aient été des noyades survenues au cours de 2020. Le tout pourra être validé lors des investigations des coroners sur ces décès.

Vous sentez que vous avez besoin d’aide et d’écoute? De nombreux organismes, dont Suicide action Montréal, sont à votre disposition pour vous aider dans ces moments difficiles. N’hésitez pas à demander!

Les deux dernières années n’ont pas été de tout repos pour les Québécoises et Québécois et les efforts à adopter des comportements sécuritaires doivent continuer. Les voix de nos partenaires se sont unies à la nôtre lors de campagnes majeures de sensibilisation tout au long de l’année et nous en sommes très fiers. Souhaitons-nous donc que la prochaine année soit davantage teintée de baignade à la maison, de navigation de plaisance sécuritaire sur nos merveilleux cours d’eau et de plaisirs aquatiques en milieux naturels.

Près, sur et dans l’eau, soyez vigilants et responsables!

– 30 –

Source :          Anne-Marie Francoeur                 

                        Responsable – Communication et relations publiques, Société de sauvetage

                        Téléphone : 514 252-3100, poste 3737 ou 1 800 265-3093

                        Courriel : amfrancoeur@sauvetage.qc.ca  


[1] *Données non-officielles : Les données de l’année courante demeurent non officielles, car elles sont comptabilisées à partir des renseignements diffusés par l’ensemble des médias.

[2] Comparativement à 59 en 2019