Le meilleur de l’automne en toute sécurité

Avec son air vivifiant et ses couleurs flamboyantes, l’automne est la saison idéale pour pratiquer toutes sortes d’activités en plein air comme la chasse, la pêche et la randonnée. La fraîcheur qui s’installe graduellement peut toutefois constituer un danger si l’on pratique une activité aux abords d’un plan d’eau ou sur l’eau. En effet, puisque l’eau est déjà très froide à cette période de l’année, le risque d’hypothermie en cas de chute dans l’eau est particulièrement élevé.

L’hypothermie est l’expression médicale identifiant l’état qui se développe chez une personne exposée à l’eau froide ou à de l’air froid. La perte de chaleur ainsi occasionnée entraîne une baisse de la température interne corporelle faisant en sorte que les organes vitaux et les systèmes du corps perdent leur capacité à fonctionner. Cette dégénérescence peut s’étaler sur plusieurs heures.

Il y a hypothermie lorsque la quantité de chaleur produite par le corps est inférieure à la quantité de chaleur dégagée dans l’environnement. Si elle n’est pas traitée, l’hypothermie peut entraîner la mort. Les signes et symptômes reliés à l’hypothermie varient d’une personne à l’autre; le signe le plus fiable demeure sans contredit la température interne du corps, qui se situe normalement à 37 °C. Au-dessous de cette température, le corps est en hypothermie légère à moyenne. Une décoloration de la peau (par exemple, des lèvres bleues) et des frissons incontrôlables sont des signes habituellement associés à l’hypothermie.

En cas de chute en eau froide (moins de 20° C), il faut réagir rapidement avant que les effets de l’hypothermie se fassent ressentir. Dès l’entrée à l’eau, le choc thermique peut rendre la respiration excessivement ardue. Le temps est donc précieux : on estime qu’une personne immergée en eau froide a une minute pour reprendre sa respiration et repérer l’endroit sécuritaire le plus près, et seulement 10 minutes pour se rendre à cet endroit avant que ses muscles ne faiblissent au point de ne plus être fonctionnels. Une personne qui demeure submergée pendant une heure risque fortement de perdre conscience – et c’est à ce moment que la noyade survient.

Cette situation dramatique peut facilement être évitée si l’on respecte quelques consignes de sécurité élémentaires :

  • Soyez toujours accompagné afin qu’une personne puisse alerter les secours et vous venir en aide en cas d’accident.
  • Évitez de marcher trop près des cours d’eau pour éviter tout risque de chute accidentelle.
  • Si vous naviguez dans une petite embarcation, assurez-vous de porter un gilet de sauvetage. En cas de chute, celui-ci vous maintiendra non seulement à la surface, mais vous aidera également à conserver votre chaleur plus longtemps.

o-meunierOlivier Meunier
Olivier a la prévention de la noyade à cœur. Avec son expérience de sauveteur, de moniteur de natation et de sauvetage et de conférencier pour l’Encadrement sécuritaire de groupes d’enfants en milieu aquatique, les enjeux reliés à la prévention de la noyade n’ont plus aucun secret pour lui! Il est responsable des campagnes d’éducation du public de la Société de sauvetage, qui ont pour mission de fournir aux citoyens comme aux municipalités des conseils pour tout ce qui touche les piscines résidentielles ainsi que les activités nautiques et aquatiques en milieu naturel. Ces campagnes se basent sur les tendances statistiques sur la noyade au Québec, qu’il surveille de près afin de prendre continuellement le pouls de la situation. Il assure également le développement d’initiatives de prévention de la noyade par le biais des divers fonds philanthropiques de la Société de sauvetage.